TU AIMES ?

Foodlab, Travel & Lifestyle

What The Food by Fiona Schmidt

Un électron libre, blogueuse (fiona-schmidt.fr), journaliste, rédactrice, copywriter,
Une touche de pop qui n’appartient qu’à elle,
Un courant d’esprit frais combiné à une certaine audace stylistique …
… Si vous passez par là, arrêtez-vous sur l’éclatant dancefloor de Fiona Schmidt!

Quelle est ton obsession culinaire?
Je suis aussi obsessionnelle que gourmande, donc j’en ai beaucoup, mais disons que le carrot cake, la chantilly et la crème glacée au gianduja sont de vraies pathologies chez moi. Je traverse Paris pour avoir ma dose. Bread & Roses deale le meilleur carrot cake de Paris selon moi : bien épicé, pas trop sucré, pas trop spongieux, fondant et consistant, avec des petits morceaux de carottes confites et pas trop de icing (m’en fous, de toute façon, je l’enlève, je déteste ça). Et pour la glace au gianduja, direction Pozzetto. Incomparable. A côté, les glaces Grom ou Berthillon ont un goût de Smecta (ne parlons même pas d’Amorino !) Quant à la meilleure chantilly, c’est moi qui la fais, et je m’en fais un saladier que je mange avec une framboise, quand c’est la saison, et nature en hiver. Ca fait presque comme un yaourt, après tout…

Quel est le plat que tu n’as jamais réussi à finir?
Sans hésiter, les rognons, la daube, et la blanquette. Des traumatismes d’enfance. En général, je ne suis pas super fan des plats en sauce traditionnels, je les trouve toujours un peu faux-cul : on ne sait jamais ce qu’il y a dedans.

Quelle est la meilleure boisson que tu aies bue lors de la dernière Fashion Week ?
Je ne m’hydrate qu’au champagne ou au vin blanc, mais le cidre est devenu hyper tendance. Trop sucré pour moi.

Quelle serait la liste de tes envies sur la dernière Fashion Week ?
RHAAAAAAAAAAAH, il y en a beaucoup ! J’ai adoré le défilé Balenciaga, je voue un culte à son directeur artistique Demna Gvasalia, et j’aimerais beaucoup ses pantabottes fuchsia et son sac-pouf(fe). J’ai beaucoup aimé le défilé Louis Vuitton signé Nicolas Ghesquière, et les vestes d’escrimeuse de Dior, aussi.

Ton mantra mode d’automne?
« Plus ça grelotte, plus tu dois être hot » : c’est pas parce qu’il fait moche qu’on doit en faire autant, au contraire ! C’est trop facile, et trop tentant, d’enfiler un jean et un gros pull gris, et d’hiberner sapée comme une grosse mite. Les sequins, le rouge sang et une triple couche de mascara, c’est ma façon de gagner le bras de fer contre l’hiver.

Ton péché mignon?
Hormis le carrot cake, la chantilly et la glace au chocolat-noisette ? Les gaufres, le vin chaud, le croûton de la baguette encore tiède, le stilton, les chaussures de Laurence Dacade… Voilà pour les plus mignons.

Quels sont les aliments qui te font du bien?
Qui font du bien à mon esprit ou à mon corps ? Ou aux deux ? J’ai toujours aimé la bouffe de connasse : les graines germées, le quinoa, la noix de coco, les graines de chia, le millet, le poisson cru, mariné ou pas, les algues… Mon eldorado gastro, c’est la Californie.

Tes adresses food du moment?
La vraie bobo que je suis adore l’épicerie Dada, rue de Paradis dans le 10ème : j’y trouve tous les mueslis, graines exotiques, yaourt au lait de coco, jus de connasse, galettes d’épeautre… dont je raffole, et les muffins et cakes sont très fréquentables. Comme je suis paradoxale, j’aime beaucoup dîner à la Pomponnette, à Montmartre, un bistrot resté dans son jus depuis 1950, où je m’enfile sans complexe os-à-moëlle et carpaccio de canard sur des nappes à carreaux rouge. Pour le brunch, je vais régulièrement chez Edgar, place d’Alexandrie : le quartier est calme, la terrasse est hyper agréable en été comme en hiver, la déco est cosy et branchée juste ce qu’il faut, l’atmosphère est chaleureuse, il y a toujours de la place, le service est adorable, et c’est vraiment, vraiment délicieux. Et quand j’ai la flemme de cuisiner, je vais déjeuner chez mon voisin et compatriote Claus, rue Jean-Jacques Rousseau : on vient de la même région en Allemagne, il a un accent délicieux, presque aussi délicieux que sa carte saisonnière. Qui n’a jamais goûté sa brioche à la bavaroise ne mérite pas d’avoir des papilles.

237
Photo By: Fiona Schmidt

Leave A Comment

Your email address will not be published.