TU AIMES ?

Foodlab, Travel & Lifestyle

Les rings de Maisonbagouze

Evidemment ajouter des angles à une trajectoire lisse et ronde, c’est toujours un risque. Mais le risque vaut d’être couru. Maison Bagouze naît avec son emblème, ses six angles, sa bague hexagonale en laiton ou en acier. Chloé Subra y mixe les best of des savoirs-faire artisanaux à son sens affuté du beau, du style. Elle bouscule le standard de l’accessoire et y insuffle une philosophie élevée au rang de style de vie : Memento agere (Souviens-toi que tu dois agir). Votre bague n’a d’autre valeur que la vôtre, une bague comme extension du soi.
Le succès est immédiat, immanquable, indéniable; les collaborations naissent notamment avec Ma Demoiselle Pierre.

Bonne nouvelle, Maison Bagouze débarque sur www.tuaimes.fr. 8 questions posées à Chloé.

Dans quel domaine suis-tu les tendances?
J’ai toujours vécu dans le monde des idées ; idées déterminées historiquement et socialement, et qui donc certes, subissaient les tendances. Mais ces idées pouvaient être remaniées, négociées, révisées sans conséquences… jusqu’à ce que le monde force ma participation. Je suis sur Facebook depuis un an, tâtonne sur Instagram depuis quelques mois, et les tendances ne me sont plus étrangères. Elles m’effraient. Néanmoins quelques pépites d’audace, de beauté et d’excellence laissent à penser que l’immersion en vaut la peine. Du moins c’est ce que je crois certains matins.

2/ Maison Bagouze Paris, c’est tendance ?

Maison Bagouze Paris, c’est d’abord le travail de Pascal et Patrick – artisans –, Anne – graveuse sur bijoux –, et Marina – packaging. Nos produits sont issus de la matière brute et revêtent la grâce unisexe de l’esthétique industrielle.


Non-périssables et personnalisables, ce sont les bijoux d’un moment qui durent une vie et se transmettent. La N°3, issue d’une collab avec Ma Demoiselle Pierre illustre parfaitement cela. On nous demande souvent de graver les dates de toute la famille. Pour la postérité !


Maison Bagouze Paris, c’est aussi du sens. Nul n’est besoin d’avoir fait une thèse de sémiologie de la mode pour comprendre ce qui se joue lorsqu’on acquiert une pièce ou un vêtement. On se crédite de l’univers d’une marque. J’ai simplement pensé renverser le processus en créditant mes bijoux de l’univers des acquéreurs. Il en procède que la force de la communauté Bagouze est notre ADN de marque et constitue un univers qui, à son tour, engage de nouveaux acquéreurs. Etonnamment, certains distributeurs ne semblent pas à l’aise avec cette idée qui ne renie pas sa franche insolence. Cependant, et je m’en réjouis, les acquéreurs suivent et relèvent le challenge. Les ventes en ligne se portent bien et les demandes de gravure d’armoiries sont en progression constante.


3/ Quelle est ta dernière expo ?

La mienne, au Musée d’Aquitaine, entourée de mon époux et des 15 détenus de la maison d’arrêt de Gradignan que nous avons accompagnés lors d’incroyables ateliers cette année. Nous avons également eu la chance de présenter en 2016 une pièce au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux.
Pour ce qui est des vrais artistes, mon fils de deux ans veut rencontrer Jackson Pollock. Ses pièces seront donc notre prochaine destination plastique.

4/ Quel est ton plus beau voyage?

Un road-trip déclassé à travers les campagnes de France.

5/ Décris nous ta cuisine.

Végétarienne ou pescetarienne, c’est selon. Je lutte contre l’absence de gourmandise des propositions véganes et tente en permanence de faire oublier la viande aux carnivores lorsque je les reçois. Si mes convives n’ont rien remarqué, c’est gagné.
C’est une sorte de challenge, un véganisme qui avance masqué. Mais c’est également un challenge quotidien du point de vue des habitudes de consommation : se forcer à faire le marché les jours de mauvais temps, évacuer au maximum les produits animaux et industriels de manière générale, ramasser les noix du jardin, prendre le temps de cuisiner les produits de saison pour les renouveller…
Pour ce qui est du style : point trop de raffinement. Des produits bruts accommodés. Des condiments en quantité.

6/ Quel est ton ingrédient phare?

Le Kub Or

7/ Ta recette du moment?

Ce soir : Mousseline de brocolis au parmesan de chèvre fermier et betterave rôtie au balsamique. Un bon vin. Et puis du chocolat noir.

8/ Pour toi le bon goût, c’est ?

L’impertinence éclairée.

That’s it, baby!

Pour contacter Chloé :
Maison Bagouze Paris

310

Leave A Comment

Your email address will not be published.